click to enable zoom
Chargement de la carte
Aucun résultat
ouvrir la carte
Voir Carte routière Satellite Hybride Terrain Me localiser Plein écran Préc. Suiv.
Recherche avancée

0 $ à 1 500 000 $

Nous avons trouvé 0 propriétés. Voir les propriétés.
Recherche avancée

0 $ à 1 500 000 $

Nous avons trouvé 0 results
Résultats de la recherche

Le salaire des courtiers immobiliers

Publié par Olivier Maurice le 31 août 2017
| 0

Petite nouvelle dans le Journal de Montréal il y a quelques jours. Un courtier immobilier gagnerait un peu plus de 100000$ par année selon cet article. J’écris ce billet pour vous apporter un éclairage différent et pour donner de l’information juste à tous ceux qui pensent devenir courtier ou bien qui croient que c’est facile faire beaucoup d’argent en étant courtier immobilier.

 

Selon les données disponibles, je calcule plutôt que le salaire brut d’un courtier immobilier serait plutôt d’environ de 66,000$. (voir tableau ci-dessous)

 

Nombre de courtiers (source: OACIQ): 14 800
Nombre de transactions  (x2 « côtés (inscription et collaboration) ») (Source: FCIQ): 78200 x 2 = 156 400
Valeur moyenne par transaction: (Source: FCIQ) 250,000$
Commission moyenne par « côté » (commission moyenne de 5%): 2.5%
Revenu moyen: ( (Nombre de côté/courtier) * (valeur moyenne * commission moyenne) 66 044$

 

Par expérience, la règle du 80-20 s’applique très bien au courtage immobilier. Cette règle stipule que 80% revenus sont encaissés par 20% des courtiers. Par conséquent, plusieurs courtiers sont au alentour ou sous la moyenne de revenu calculé ci-dessus. De plus, il ne faut pas oublier que les chiffres sont bruts: c’est-à-dire avant dépenses! Avant de faire 1$ de revenus, un courtier a des dépenses fixes d’au moins 8000-10000$ annuellement (permis, assurances, cotisations professionnelles, frais de bureaux minimum). De plus, sur un chèque de commission, il y a des frais de dossiers devant être payé. Un courtier ayant le chiffre d’affaire tel que stipulé dans l’article du Journal de Montréal peut s’attendre à avoir un revenu net d’environ 70,000-80,000$.

 

Plusieurs d’entre-vous diront que c’est bien un revenu net de 70,000-80,000$. Or, un courtier travaille souvent 50-60h par semaine avec des horaires de soir et fin de semaine. De plus, le revenu d’un courtier immobilier n’est pas garanti. Il doit continuellement travailler pour aller chercher de la clientèle. J’ai bien essayé la pensée magique, mais la clientèle n’est pas venue à moi. J’ai toujours dû travailler pour me bâtir une clientèle et même après 14 ans dans le métier, je continue car rien n’est acquis!

 

Pour vous donner un exemple concret de ce que peut vivre un courtier débutant, je vais vous raconter mes débuts en immobilier il y a 14 ans de cela. Ma 1re année, j’ai eu des revenus brut de 32,000$! Vous avez bien lu, 32,000$. Après dépenses, je ne gagnais pas beaucoup plus que le salaire minimum. Tellement que j’ai distribué des journaux pendant 4-5 mois au début pour pouvoir subvenir à mes besoins. La 2e année, j’ai doublé mon chiffre d’affaire et j’ai gagné environ 65,000$. C’est à ma 3e année que j’ai enfin réussi à dire que je vis du courtage en gagnant environ le salaire décrit dans l’article. Or, pour des gens qui quittent des emplois avec un bon revenu (parlons ici de 75,000$ net par an), attendre 3 ans avant de retrouver le même revenu, c’est difficile. Depuis ce temps, je me maintiens à un niveau de revenu qui me satisfait et qui me permet d’avoir un bel équilibre travail/famille.

 

De la cohorte de 15-20 « futurs » courtiers avec qui j’ai fait mon cours, plus de la moitié ont abandonné la profession dans les 2 premières années. Je crois qu’il n’en reste que 4 ou 5 toujours dans le milieu du courtage immobilier. La plupart ont engloutis des sommes d’argent importantes en ne touchant peu ou pas de revenus. Comme quoi le métier n’est pas si facile que cela.

 

Bien sur qu’une minorité de nouveaux courtiers réussis très bien en débutant car ils ont les bonnes aptitudes et/ou les contacts, mais on parle ici de l’exception plutôt que la règle.

 

En conclusion, j’espère que vous aurez eu un éclairage différent du métier de courtier immobilier et que vous comprenez un peu mieux la réalité du métier. Le salaire potentiel d’un courtier immobilier est infini, à condition de mettre les efforts et d’avoir les bonnes aptitudes. Cependant, beaucoup sont appelés, mais peu sont élus.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.