click to enable zoom
Chargement de la carte
Aucun résultat
ouvrir la carte
Voir Carte routière Satellite Hybride Terrain Me localiser Plein écran Préc. Suiv.
Recherche avancée

0 $ à 1 500 000 $

Nous avons trouvé 0 propriétés. Voir les propriétés.
Recherche avancée

0 $ à 1 500 000 $

Nous avons trouvé 0 results
Résultats de la recherche

Revue de presse – Semaine se terminant le 31 mai 2019

Publié par Olivier Maurice le 31 mai 2019
| 0

Voici votre revue de presse pour la semaine se terminant le 31 mai 2019. Il y a plusieurs nouvelles sur l’état du marché immobilier au Québec et à Montréal. Je vous invite à en prendre connaissance!

 

  1. Bornes de recharge et copropriété 

Bonne nouvelle, le gouvernement du Québec a annoncé une aide financière pour les copropriétés. Compte-tenu de l’explosion des véhicules électriques, une borne électrique sera un excellent argument de vente.

 

  1. Le marché est rendu trop cher pour les premiers acheteurs?

Avec un prix médian rendu à 331,000$ pour une unifamiliale dans la région de Montréal, est-ce que les jeunes sont en train de perdre leur rêve d’accès à la propriété? Cette situation pose bien des maux de tête aux jeunes (qui sont la majorité des premiers acheteurs). Déménager plus loin, demeurer locataire, économiser quelques années de plus, quelle est la meilleure solution?

 

  1. La confiance envers les courtiers immobiliers en forte hausse

Selon un récent sondage Léger, plus de 4 personnes sur 5 voulant acheter ou vendre une propriété planifient retenir les services d’un courtier immobilier. Est-ce que c’est dû aux campagnes d’information et au programme de formation continue des courtiers immobiliers? Il est certain que ces deux mesures ont eu un impact positif sur la confiance du public.

 

  1. La pénurie de logements n’est pas sur le point de se terminer

Depuis plusieurs années, il y a pénuries de logements. Or, selon les dernières études, ce n’est pas sur le point de se résorber. Quels sont les pistes de solutions? Il est clair que le privé ne pourra subvenir à la demande pour des logements « bons marchés » car les coûts de construction sont trop élevés. Cette situation mérite une attention particulière car ce sont les gens à plus faibles revenus qui sont à risque.

 

Vous avez des questions? Vous pouvez me joindre en tout temps.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.